Je suis Charlie

charlieLa ferveur populaire, hors de toute appartenance politique, fut un énorme sursaut démocratique, la mise en place des lois qui ont suivi, la négation de tout ce que Charlie a été, Big Brother n’est ni Charlie, ni Hara Kiri, surtout depuis qu’il semble transposé à toute l’étendue de toutes les activités humaines, économiques, sociales et politiques.

CANDIDAT DU PARTIT NISSART AUX ELECTIONS CANTONALES DE 2011 !

  • Parti Niçois/Partit Nissart( Communiqué du vendredi 4 février 2011)

« Le Parti Niçois – Partit Nissart informe les Niçoises et les Niçois qu’il présentera des candidats aux prochaines élections cantonales. Le Bureau politique a déjà désigné comme candidats dans les 3e, 5e, et 7e canton de Nice  :

Dans le 3e canton : M. Gilles Zamolo,   suppléante, Mme Pierrette Deï.

Dans le 5e canton : M. Thierry Vallier, suppléante, Mme Valérie Sonzogni.

Dans le 7e canton : M. Claude Senni,    suppléante, Mme Hélène Violo.

Le Bureau politique est en consultation afin de décider s’il présentera des candidats dans d’autres cantons. Nous demandons à tous nos adhérents et sympathisants, de porter leurs suffrages en masse sur nos candidats désignés.

Comme nous l’avions annoncé, le Parti Niçois/Partit Nissart, ne présentera pas de candidat dans le 14e canton de Nice afin de ne pas gêner le front anti-Estrosi. Nous demandons à tous nos adhérents et sympathisants votant dans le 14e canton, de ne pas porter leurs suffrages  sur la candidate UMP, Mme Estrosi-Sassone, ni sur le candidat de l’Entente républicaine, M. Peyrat.

Nous leur demandons également, dans les cantons où nous ne serions pas présents, de ne pas porter leurs suffrages :

  • sur les candidats UMP, alliés ou apparentés
  • sur les candidats de l’Entente républicaine
  • sur les candidats du Bloc identitaire français, parti d’extrême droite national se présentant à Nice, sous le vocable niçois de Nissa rebela.

Le Président du Parti Niçois/partit Nissart :

Alain Roullier-Laurens

 

  • Communiqué du Secrétariat du Parti Niçois (26 février 2011)

« Le Parti Niçois/Partit Nissart, informe le public qu’il rejette les partis composant le système politique français. Contrairement aux informations parues dans le quotidien Nice-Matin, ses candidats aux prochaines élections cantonales dans les 3e, 5e et 7e cantons de Nice, sont classifiés officiellement comme « Régionalistes » dans le tableau officiel des appartenances politiques établis par la Préfecture des Alpes-Maritimes. Le quotidien Nice-Matin à été mis en demeure, ce jour, de  rectifier ses informations erronées et se mettre en conformité avec le classement préfectoral qui seul fait foi ».

 

LES VOEUX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE, BIEN MAL RECUS

Après une période d’agitation sociale ayant réuni des centaines de milliers de futurs retraités (?) et ayant été traité avec le même cynisme que l’adoption de la constitution européenne (échec référendaire, mais adoption par l’assemblée), le Président de la République s’addresse à la nation, et avec la même maestria traite de l’évolution de l’Outremer; ce qui lui vaut des réponses  de l’UPLD, du Tävini Huira’atira et du LKP, pas tout à fait convaincus par ses dires. (suite…)

LE DÉBAT SUR LE FÉDÉRALISME ET L’INDÉPENDANCE DE LA SARDAIGNE EST OUVERT

13/10/2010

Journées d’intenses débats en Sardaigne sur l’opportunité ou non que l’île devienne un état indépendant ou un territoire avec des liens fédéraux avec la République italienne. Le Conseil régional est entré dans le vif du sujet à propos de la réforme du statut d’autonomie de l’île, en suspens depuis plusieurs années.

Le Gouvernement de Sardaigne, dont le conservateur Ugo Cappellacci est à la tête, souhaite que l’île assume plus de pouvoirs, mais quelques partis parient ouvertement sur l’indépendance. En effet, Cappellacci s’est présenté aux élections de 2009 avec un programme dans lequel il proposait la « réécriture » du statut sarde afin d’obtenir une “augmentation résolue de la souveraineté” du peuple sarde. Le candidat de droite a gagné avec la majorité absolue, mais, dans les forces politiques qui ont participé à sa coalition il y avait le Parti Sarde d’Action (PSd’Az, qui a obtenu 4,4 % des votes). Le PSd’Az place désormais le débat sur le terrain indépendantiste à la chambre sarde. Loin du point de vue des autonomistes de Cappellacci, le conseiller Paolo Maninchedda et ses quatre compagnons de groupe ont déposé une motion au Conseil régional l’année dernière pour qu’elle y soit débattue : elle demande au Conseil régional qu’il “permette à la Sardaigne d’aller vers une indépendance pleine”, en y incluant une indemnisation pour le peuple sarde par la République italienne.

 

L’indépendantisme extraparlementaire donne également de la voie. Le parti Indépendance République de Sardenya (IRS), qui l’année dernière et cette année a montré une notable croissance, réclame que, à partir de l’année prochaine, les impôts payés par les Sardes soient redistribués pour des projets sur l’île. De la part du PSd’Az et d’IRS on pouvait s’attendre à ce genre d’initiatives, mais c’était moins probable de la part du Parti Démocratique (PD), la principale force du centre gauche italienne, qu’elle utilise un langage assez combatif pour dénoncer la façon dont l’incorporation de la Sardaigne à l’Italie s’est produite pendant le XIXe siècle. Les membres de la principale force d’opposition à la chambre sarde souhaitent qu’il y ait désormais un « échange d’idées politiques paritaire, ouvert et responsable » avec Rome afin de parvenir à un « nouveau pacte constitutionnel » qui augmentera substantiellement l’autogouvernement sarde.

Tout ce débat entre fédéralisme et indépendance sera très présent dans les séances du Conseil regional consacrées à la réforme du Statut et qui ont déjà commencé. Les différentes motions devront y être traitées. Le journal sarde La Nuova Sardegna prévoit quelques séances très compliquées, notamment pour mettre d’accord les parlementaires sur le type de relation que la Sardaigne doit avoir avec l’Italie.

 

Source: www.mondivers.cat

Traduit du catalan par : www.eurominority.eu

DERNIERES COMMUNICATION DE L’ETAT FRANCAIS AU SUJET LA KANAKY

24-06-2010: RELEVE DE CONCLUSIONS DU VIIIème COMITE DES SIGNATAIRES DE L’ACCORD DE NOUMEA (transfert de compétences, futurs contrats de développement, nickel, formation des cadres, évolution statutaire et présence des drapeaux français et kanak)

17-07-2010: DISCOURS DU PREMIER MINISTRE FRANCOIS FILLON, CONGRES DE NOUVELLE CALEDONIE (histoire, nickel et drapeaux, indépendance ?)

18-07-2010: INTERVENTION DU PREMIER MINISTRE FRANCOIS FILLON? HOTEL DE LA PROVINCE DES ILES LOYAUTE A WE NOUVELLE CALEDONIE (rappel de l’histoire proche de Jean Marie Tjibaou, évocation du futur)

Se connecter