DECLARATION DE GATOPE-VOOK DU O8 AOUT 2009, DU PEUPLE KANAK A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DES PEUPLES AUTOCHTONES DU MONDE

Image

Les forces vives du peuple Kanak ont été convié ce samedi 08 août 2009, par le Conseil National pour les Droits du Peuple Kanak en Kanaky Nouvelle Calédonie –CNDPA-, le conseil de l’aire Hoot Maa Waap, le District de VOOK et la chefferie de GATOPE.

Ont répondus présents, le sénat coutumier, les conseils d’aire de Pacci …,Ajie Arho, Xaracuu et Iai, le CNDPA Drehu, l’association … de Poindimié, le comité Rhéébù Nùù, des élus de la province Nord et de la province Sud. (suite…)

LE TRAITE DE LISBONNE EST UN CHEVAL DE TROIE

Voici un splendide article sur le Traité de Lisbonne, écrit par Titine Kriesi et Gisbert Otto, paru dans la revue suisse « Horizons et débats » n°30 du 03/08/2009, (Journal favorisant la pensée indépendante, l’éthique et la responsabilité  pour le respect et la promotion du droit international, du droit humanitaire et des droits humains)

www.horizons-et-debats.ch.

troie

Dans leur arrêt du 30 juin 2009 sur le Traité de Lisbonne, les juges suprêmes allemands attirent l’attention sur le déficit démocra­tique structurel du Traité et également sur le fait que l’Allemagne ne doit pas abandonner sa souveraineté. En même temps, ils se contredisent car ils déclarent que le Traité n’implique pas cet abandon. En réalité, en contradiction avec la Loi fondamentale, il crée de facto une nouvelle constitution. Aussi le peuple allemand devrait-il être consulté car une nouvelle constitution ne peut entrer en vigueur que sur une décision du peuple (art. 146 de la Loi fondamentale). En raison des défauts constatés par la Cour constitutionnelle, il aurait été logique que celle-ci refuse le Traité. Cependant, elle n’avait pas l’indépendance nécessaire pour s’opposer au projet politique «EU» dans sa forme actuelle, qui est contraire à la Constitution … et avec quelles conséquences effroyables: Ainsi, le Traité va jusqu’à octroyer à l’UE un droit à la guerre! Une des rares personnes qui se soient permises de révéler le véritable contenu du Traité avec toutes ses conséquences dévastatrices pour la vie quotidienne des citoyens est le professeur de droit Karl Albrecht Schachtschneider. Il fonde son refus du Traité sur le droit et la vérité. Nous présentons ci-dessous quelques-unes de ses critiques les plus importantes. (suite…)

KANAKI , LE CONFLIT : UNE REVUE DE PRESSE

bellaciao_ustke-47f13Derniérement un grave conflit social,  mettant aux prises l’USTKE et AIRCAL, en Kanaki, nous a rapelé que le combat pour la dignité n’est jamais quelque chose de gagné, mais se gagne tous les jours, voici une revue de presse succinte nous éclairant sur le sujet:

LA MANIF DU 28 JUILLET 2009, IMAGES ET COMMUNIQUE  DE L’USTKE

COMMUNICATION DE L’USTKE DU 03 août 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU PARTI TRAVAILLISTE DU 5 août 2009

PROTOCOLE D’ACCORD SIGNÉ (suite…)

LE VAL D’ARAN VEUT PLUS D’AUTONOMIE (20/07/2009)

448px-escut_de_la_vall_daransvgLe Président des instances gouvernantes du Val d’Aran, Francés Boya, a remis hier au ministère de Gouvernement de la Généralité de Catalogne la proposition de réforme de Loi du régime spécial pour cette contrée occitanophone en territoire catalan. Cette proposition a le soutien des trois partis représenté au Conseil général (Unité d’Aran, Convergence et Union, Parti démocratique et rénovateur d’Arties-Garòs). Le texte propose l’accroissement de l’autonomie aranaise, la reconnaissance de la « réalité nationale » d’Aran et la bilatéralité entre les deux capitales aranaise et catalane, Vielha et Barcelone.
Dans la proposition, Boya a déclaré qu’il s’agissait d’un « moment historique » pour le Val d’Aran, parce que la nouvelle Loi de régime spécial permettra « d’améliorer le bien-être des habitants ». Il met en évidence que la proposition a été soutenu par les partis qui disposent d’une représentation au conseil, ce qu’il démontre, selon lui, qu’Aran parle « d’une seule et même voix ».
Le conseiller de Gouvernement, Jordi Ausàs, a assuré que la future réglementation accordera « une reconnaissance claire de la singularité d’Aran à travers le compromis de relation bilatérale du Val d’Aran avec le Gouvernement de Catalogne, l’extension des compétences de ce territoire et un financement adéquat ». Ausàs a même pronostiqué que le nouveau régime permettra à la vallée pyrénéenne de se doter d’un « gouvernement national parlementaire ».
La révision de la Loi du régime spécial a été fixée dans le Statut catalan de 2006. Il prévoyait un délai de 5 ans pour actualiser ce qui concerne le statut du Val d’Aran.

Article traduit du catalan : MónDivers.cat est partenaire d’Eurominority.eu

Source : MónDivers

COMMUNIQUE DES ELUS UNION CALEDONIENNE DU GROUPE FLNKS, Mercredi 29 juillet 2009

800px-flag_of_new_caledoniasvg Alors que la Nouvelle Calédonie est engagée dans un véritable processus de décolonisation à travers l’Accord de Nouméa signé le 5 mai 1998 entre l’Etat français, le FLNKS et le RPCR, on constate depuis quelques années que l’Etat français, déploie une stratégie de reconquête du pouvoir, l’objectif  étant de freiner l’émancipation du pays afin d’enrayer sa marche vers l’accession à la pleine souveraineté.

Ainsi depuis son élection à la présidence de la République française en 2007, le président Nicolas Sarkozy met en place de façon méthodique son plan pour « l’outre mer » destiné essentiellement à contrer les aspirations à l’indépendance  et ce au nom de la vieille rhétorique gaullienne de la « grandeur de la France », cette  France dite des «  trois océans » sur laquelle « le soleil ne se couche jamais ». (suite…)

Se connecter