O tempora ! O mores ! ou l’avancée des poulpes vers la re-connaissance (plusieurs sens…)

Il fut un temps  durant lequel, l’évolution et l’acclimatation de l’homme sur terre, nécessitèrent l’obligation de posséder un squelette solide, une circulation sanguine à sang chaud, et la capacité de respirer l’air ambiant.

Le but d’alors était de « conquérir les terre émergées, et de peupler la terre ».

De nos jour, localement, il semblerait que l’évolution tende vers d’autres objectifs.

Il n’est plus nécessaire de se répandre, mais simplement de s’étaler, pour occuper une place, d’où le fait que, la nécessité de posséder une colonne vertébrale, n’est peut être plus une réelle nécessité.

L’immobilisme est devenu un but, une religion.

Dans un monde qui ne peut pas changer, car il ne doit pas changer.

ps: merci aux gilets jaunes pour leur leçon de démocratie (sans double sens)

O tempora ! O mores !

Allande Socarros, 14 Octobre 2018, site web

Quels temps ! Quelles mœurs ! C’est la traduction en français de la locution latine que j’ai choisi pour titre de ce nouveau texte. Toutefois, rassurez vous… je n’ai aucune prétention à donner dans la sociologie, mais il est de ces thèmes que l’on a envie d’aborder, tant la société d’aujourd’hui incline à l’indignation, tant on a besoin d’écrire noir sur blanc le malaise que l’on ressent, tant on a envie de dire ce que l’on a sur le cœur… alors que la tendance très majoritaire est de rester coi, de ne surtout pas faire de vague, de jouer à l’autruche, de se fondre dans la masse inerte. Ces deux premières décennies du XXIe siècle rappellent d’autres époques où l’esprit critique a capitulé, au cours desquelles les « hommes bons » ont déserté la parole et se sont réfugiés – du moins le croyaient-ils – dans le silence… avec les conséquences que l’on sait. Il semblerait vraiment que l’espèce humaine ne retienne jamais bien longtemps le souvenir des errements du passé et que l’Histoire soit un éternel recommencement, une alternance jamais démentie entre barbarie et retour d’humanité.

(suite…)