3ÉME PRISE DE PAROLE, 7ÉMÉ SESSION

Ortzi prend la parole

ONU, New York le 1er mai 2008

Madame la Présidente, membres du Bureau de la 7ème session, ainsi que tous les représentants des peuples autochtones présents à cette assemblée, nous sommes très honorés de pouvoir prendre la parole au sein de l’Organisation des Nations Unies. Nous adressons nos respectueuses salutations aux peuples autochtones. Nous remercions chaleureusement Madame la Présidente de donner la parole au peuple euskaldun (peuple basque).

Je viens du nord du Pays basque (pays situé entre la France et l’Espagne). Je représente Ideia Zabaldu : une nouvelle dynamique de jeunes lancée au niveau de l’Etat français, qui défend le droit d’être Basque.

Nous sommes dans un des pays parmi les plus puissants du monde, un pays pris pour modèle, le pays fondateur des Droits de l’Homme, un pays ayant signé en 2007 la charte pour la protection et la reconnaissance des peuples minoritaires. Malgré cela, la France annonce qu’elle n’a pas de tels «cas» sur son territoire.

Pourtant nous sommes là et no us ne parvenons pas à nous faire connaitre, reconnaitre en dehors du folklore touristique émanant d’une volonté politique et une criminalisation des actes de la société civile. Parler notre langue devient un combat !

Du fait de ne pas pouvoir faire l’intégralité de nos études en basque, nous sommes, dès notre plus jeune âge obligés de quitter notre pays. En ne reconnaissant pas Iparralde (le nord du Pays basque) la France rejette le problème basque sur l’Espagne.

L’éloignement du aux études nous sépare de la famille, des amis mais surtout de notre Pays nous empêchant ainsi de défendre nos droits et rendant impossible toute participation à la vie de celui-ci : que ce soit au niveau économique, culturel ou politique. A notre retour, les difficultés subsistent; la politique touristique mise en place et le bon vouloir de certains dirigeants ont entrainé l’inflation du prix de nos terres. Ils barrent toute possibilité d’accès à la propriété et rendent difficile la location d’un logement. Lors de la saison touristique, les loyers triplent et nous sommes souvent mis à la porte au profit de locations saisonnières; beaucoup de nos terres deviennent ensuite des maisons secondaires habitées au maximum deux mois dans l’année. De plus, la politique française inflige une manipulation territoriale favorisant les projets immobiliers, de loisirs et de luxe face à des promoteurs peu scrupuleux, oubliant que le droit au logement est un droit pour tous et qu’il fait partie d’un des principaux besoins des habitants d’Euskal Herri (Pays basque).

Toutes nos demandes de reconnaissance sont systématiquement rejetées et quand nous essayons de construire quelque chose, nous sommes confrontés aux mépris ou à la répression. La presse donne une image caricaturale de notre pays, construite entre terrorisme et tourisme. Ces derniers mois, l’état français a clairement affirmé qu’il durcirait sa politique au pays basque.

Ceux qui ne sont pas éloignés du pays et tentent de sauver notre identité sont emprisonnés.

Nous n’existons pas, nous n’avons ni pays ni reconnaissance institutionnelle ! Notre langue n’est pas reconnue ! Notre identité est caricaturée et dévoyée! L’image que l’état français transmet de nous est fausse ! Elle ignore la réalité des différents peuples qui vivent sur son territoire! Nous existons ! Herriak bizi behar du ! (Le peuple doit vivre !)

Nous demandons donc à l’Instance Permanente de bien vouloir prendre en compte nos revendications, de signaler à la France l’existence du peuple autochtone basque ainsi que des autres peuples qui se trouvent sur son territoire (Corses, Catalans, Bretons…) et de nommer un expert autochtone pour la zone Europe de l’Ouest en considérant notre proposition de participation à ce poste.

Pour télécharger le texte  de cette troisième prise de parole lue à la tribune de l’ONU ce matin, jeudi 1er mai, par Ortzi Hegoaz, délégué d’Ideia Zabaldu, cliquer ici.

Un commentaire pour “3ÉME PRISE DE PAROLE, 7ÉMÉ SESSION”

  1. Si la France appliquait l’ensemble des textes et des résolutions qu’elle adopte cela se saurait ! La patrie des Droits de l’Homme n’est elle pas ce pays qui a aboli et rétabli plusieurs fois l’esclavage ? Le gouvernement français applique au Peuple Basque ce qu’il a déjà appliqué à d’autres peuples : vietnamien, algérien, kanak, antillais …la négation de leur existence. Il n’a pas compris qu’en niant cette existence il nie la sienne même. Un Peuple ne vaut que parce d’autres peuples valent. Les valeurs universelles sont des valeurs individuelles.

Laissez un commentaire


Warning: Undefined variable $user_ID in /homepages/37/d359806375/htdocs/wp-content/themes/autonomia/comments.php on line 72