LE RAT QUÊTE

« J’aime pas la campagne, j’aime pas la ville » comme le dit cette chanson idiote babillée par je ne sais quel chanteur insipide. En fait, moi, je n’aime pas Les campagnes, enfin certaines campagnes. Au fait, pourquoi de simples initiatives sont dénommées campagnes, pourquoi dit-on battre la campane comme on dirait battre sa femme, battre ses gosses ou s’en battre les c… Ouille ! Là je vais me faire des ennemies. Mais c’est vrai quoi ! Dénommer campagnes électorales : foires aux mensonges et aux reniements ne serait-ce pas plus approprié ?! Campagne publicitaire : pollution sonore et visuelle, scierait mieux non ? Et : campagne de découverte des produits du terroir pour une agriculture maitrisée (avec seulement un p’tit chouia d’OGM !) par la FDSEA : pollution intellectuelle, sonore, visuelle ET olfactive serait nettement plus adéquate pour sur !. Et : campagne de soutien financier pour acheter au prix du marché immobilier une Kako-maison ou Kako-villa : racket, sonnerait plus juste non ? Non ? Ha bon !…Le dernier exemple crée un petit malaise Blaise? Parce que le racket serait, d’après le petit Robert, une extorsion d’argent par intimidation et violence. Mais le racket ne peut-il pas être une extorsion d’argent par l’affectivité et la violence de l’analyse de la situation : « Si tu ne payes pas, tu contribues à la Perte de Notre Patrimoine Collectif ! » Perte de Notre Patrimoine Collectif ! Putain avec autant de majuscules, c’est plus impressionnant qu’un 9mm chargé de balles dum-dum.

« Alors tu payes si tu ne veux pas être mis au ban de la société et viens pas nous suriner avec tes histoires de squat, occupation, lutte pour un gel de toute transaction immobilière, moratoire et autres inepties rrrévolutionnaires, nihilistes, abertzale gauchiste, putain con ! »
Alors on a payé. Toi aussi ? Grand cœur va ! Fallait pas laisser partir la terre, surtout pas la terre qui aurait été foulée par des Lacaune et des grands et gras co(lo)ns de la FNSEA…Cette terre que personne ne voulait, ressuscitée par deux jeunes paysans qui ont toujours refusé de devenir propriétaires, et une tapée de mains anonymes. Au début, ronceraies et champs de caillasses et au prix « seulement » de la sueur, prés verdoyants et donc Paradis des brebis.
Le prix de la sueur fixé, il a fallu racler les tiroirs, fouiller au fond des poches, sacrifier le cadeau de la grand-mère pour assouvir l’avidité pécuniaire de la proprio, conseillère municipale P.S de Paris, adjointe au maire de Paris, chargée des ressources humaines (sic !), dont le salaire mensuel est cent fois plus élevé que celui du péquenot qu’elle rackette. La somme fut donc trouvée, et cela sans pratiquer la politique de la terre brulée pour faire baisser le prix du marché comme sont si souvent coutumiers du fait les agents immobiliers et autres requins spéculateurs de la région PACA. « Tu parles, avec l’été pourri qu’il a fait rien n’aurait brulé ! Ils ont bien essayé à Larrau et à Tardets, mais ils n’ont réussi qu’à cramer les baraques ! Amateurs va ! Alors maintenant forcément ces maisons ne valent plus un rond ! »
Pourtant, après les innombrables zozketa, la kutxa des préSOS, l’anniversaire de la grand-mère, le pouvoir d’achat en baisse et la hausse du prix de l’essence, fallait les sortir les 60 euros de la part. Mais bon, après tout 60 euro ce n’est qu’un soir de bringue et on reste redevable au GFA d’avoir retardé l’échéance fatale de la cirrhose du foie.
Donc, l’argent est là, quelques 2 000 personnes sont devenues propriétaire d’une pelletée de terre que je leur conseille de bien garder car au train ou vont les choses, (tout s’achète et tout se vend !) bientôt, le jour de leur funérailles il ne leur restera plus que celle-là pour couvrir leur propre corps. Quant à la proprio, elle, la traitresse, s’est enrichie de 220 000 € (le prix d’un cottage au Connemara sans doute ou celui d’un appart à Paris…). Et puis voilà que cette chargée des ressources humaines à la mairie de Paris (et non d’Ainarbe), experte en racket, pratique aussi habilement le chantage : vous aurez la terre, si vous achetez la maison, ou plutôt la villa puisque : maison = banal = pas un rond, tandis que : villa = vénal = pognon !
Donc villa = 240 000 € ! Quuuoi ? 170 miions : 4 ardoises et 6 briques ?!! Plus cher que la terre. Elle compte se torcher avec de la soie la Delanoette ou quoi ?
A mois qu’elle ne se tienne au courant de la pratique locale de ces collectifs aux tifs bien taillés qui, conseillés par des agents immobiliers, notaires et autres experts financiers prennent le pari d’acheter, avec la manne populaire, quelques masures au prix du marché, sous couvert de bons sentiments et d’une couche feutrée de politique sociale, et avec l’espoir, si ce n’est la garantie, à moyen terme de réaliser une opération spéculative qui cache son nom.
Donc nous y voilà, la machine est lancée, l’hypothétique débat sur l’opportunité d’acheter ou non la villa s’est empêtré dans la toile d’araignée. La bête va bientôt le croquer, le digérer et toi, oui toi t’es invité à raquer. Je te sais très touché par la propagande sur l’etxe, la maison, cette valeur parait-il si importante pour les Basques, refuge de leur âme, arche de Noé, toujours debout sur ses fondations durant des siècles et des siècles amen ! .et chez moi nid à poussière et refuge des araignées… Te fais donc pas berner, quelque soit la baraque elle ne sera toujours qu’un simple abri même avec cuisine intégrée, salon Louis XV et jacuzzi. Tout cela un jour vieillira, se détruira et se transformera en terre, alors elle retrouvera enfin sa vraie valeur qui sera tout sauf vénale. Alors ne paye pas, même si on te promet de te rembourser très vite, garde ton blé pour payer à ton fils ou à ta fille le stage de basket, de musique ou d’artificier. Ne te culpabilise pas, avec cet argent achète le cadeau à ta grand-mère. Ses yeux pétillants, étincelants de vie et de bonheur auront 170 millions de fois plus de valeur que cette baraque.
Ou alors, file le à Jasmine et Fredo, sur qu’avec ils achèteront quelques plants de pommiers et dans quelques années nous boirons quelques verres de cidre, comme il est de tradition, à la santé des cons qui payent.

Beñat Espil

Laissez un commentaire


Warning: Undefined variable $user_ID in /homepages/37/d359806375/htdocs/wp-content/themes/autonomia/comments.php on line 72