LETTRE OUVERTE A CHRISTOPHE HONDELATTE

à l’ami qui nous a blessé,

Christophe,

L’amitié que je te porte m’au- torise voire m’oblige à t’adres- ser publiquement ces quelques lignes. Car elles font écho à une interview que tu as accor- dée au quotidien Sud-Ouest le 26 juillet dernier. Tu t’y es ex- primé comme tu en as l’habitu- de, c’est à dire avec une cer- taine liberté de ton. Mais cette fois-ci, tes propos ont blessé beaucoup de gens qui vivent au Pays basque.

Tu as évoqué en terme péjoratif la culture basque que tu affirmes aimer. Allant jusqu’à parler avec mépris des danses «historique- ment millimétrées», que tu considères comme dépassées à l’heure du rap. Nous sommes fiers, effectivement, d’avoir su garder des fondamentaux de notre culture, de les pratiquer, de les enseigner et de les transmettre aux générations à venir. Ils sont le terreau fertile d’une culture contemporaine d’une vivacité que beaucoup nous envient. De Niko Etxart à Mak en passant par Fermin Muguruza, pour le chant, à Koldo Zabala ou Zpeiz banako pour la danse, ou encore Burrunka pour ne citer qu’eux. La terre des Basques a produit quantité d’artistes qui ont toujours été en phase avec le présent et ce, dans le respect d’un passé qui les nourrie.

Repli nationaliste, enfermement, pas assez d’ouverture vis à vis des apports exogènes, pas de culture de l’accueil. Voilà quelques-unes des expressions que tu as employées pour caractériser les Bas- ques. Nous n’avons de leçon à recevoir de personne en matière d’accueil. Notre territoire est un territoire de passage, de rencon- tres. Naturellement. La géographie s’y prête. L’Histoire nous ensei- gne que s’il peut être évoqué un génie basque, il réside justement dans le fait que nous avons toujours su intégrer les populations exogènes. Tout en préservant nos racines.

Enfin, tu dis haïr le nationalisme basque. C’est là le vocabulaire stéréotypé de ceux qui rêvent justement d’en finir avec la langue et la culture basques. Sache tout d’abord que le mot nationalisme n’est pas un terme utilisé par ceux que visent tes propos. C’est de patriotisme qu’il s’agit («abertzalisme», de «abertzale», patriote). Il est la marque, en tout premier lieu, de l’attachement à des valeurs immatérielles, telles que la langue, la culture, un passé commun, un projet d’avenir collectif, une participation à la construction d’un monde meilleur, plus fraternel… le patriotisme basque est un idéal qui est l’empreinte locale d’une éternelle quête universelle, de liberté, d’équilibre.

Penses-tu que cette langue basque, cette culture, seraient aujourd’hui aussi vivantes s’ils n’y avaient pas eu des militant(e)s pour les sauvegarder, coûte que coûte ? Ceux que tu dis haïr, dans ce pays ne sont autres que ceux qui défendent le droit à la vie, et à la dignité de la langue et de la culture basques.

Christophe, la liberté à laquelle tu es attaché – et à laquelle je souscris sans réserve – ne t’autorise pas à user de ta popularité pour caricaturer et désinformer. Je te connais depuis longtemps, et je te sais capable de rassembler, plutôt que de diviser et à aider plutôt qu’à blesser. Je t’invite donc à emprunter également cette voie dans ta relation avec la terre qui t’a vu naître et à respecter toutes celles et ceux qui y vivent et y travaillent au quotidien.

Gabi Mouesca

4 commentaires pour “LETTRE OUVERTE A CHRISTOPHE HONDELATTE”

  1. Tout est dit !
    A quand la réponse M. Hondelatte ?

  2. Gora Euskal Herria!

  3. Parce que notre culture sait évoluer, sans renier ses coutumes historiques… parce que notre langue sait évoluer sans perdre rien des valeurs qu’elle transporte… parce que notre peuple s’il défend son identité ne le fait pas en rejettant les populations exogènes mais plutôt en les intégrant toujours à un mode de vie davantage tourné vers le collectif, le partage et la solidarité…

    Oui l’euskal herri est une terre d’accueil, oui l’euskal herri tend les bras pour partager ses valeurs en intégrant quiquonque s’intéresse à l’histoire et à la réalité quotidienne de son peuple!!! Nombreux sont d’ailleurs ainsi les soutiens au patriotisme basque en France et dans le Monde!!! Nombreuses sont également les causes dans le monde auxquelles adhère le peuple basque avec conviction!!!

    Cependant effectivement, sans qu’il ne s’agisse d’un repli nationaliste ou d’un manque d’ouverture, l’euskal herri n’acceptera pas d’être foulé aux pieds par des personnes ne respectant pas son intégrité, et recherchant les joies du « pays basque » touristique en évinçant le basque dans son identité la plus profonde!!

  4. Gabi, je respecte tes amis… Seulement voilà, Piarres Larzabal fut un des premiers abertzale à entretenir des relations d’amitié avec des stars de la télévision… Elles s’appelaient Jacques Sallebert, Pierre Dumayet, Raoul Sangla,sans parler d’Orson Welles ! Ils faisaient preuve d’une hauteur de vue et d’un respect autre que ton cher Christophe ! Mais c’est vrai que Piarres marchait sur du velours : c’était la télévision de « 5 colonnes à la une » (ça ne nous rajeunit pas !) et pas encore celle de Kho Lanta !!! Alors ne perdons pas notre temps avec ce qui n’est qu’un « gentil petit garçon » et qui a voulu toucher un thème qui le dépasse largement…

Laissez un commentaire


Warning: Undefined variable $user_ID in /homepages/37/d359806375/htdocs/wp-content/themes/autonomia/comments.php on line 72