PESTA BAI, BORROKA ERE BAI

La saison estivale bat son plein. Des commu- nes les plus petites aux villes les plus grandes, les fêtes se succèdent, donnant à notre pays un air de territoire dont la vocation serait festive. Heureux les gens d’ici et d’ailleurs qui, l’espace de quelques jours ou de quelques heures, recou- vrent d’insouciance, de joie et de bonne humeur les soucis quotidiens. Mais cette période ne nous fera pas oublier que nous ne vivons pas tous une époque de partage et de convivialité puisque des enfants du pays manquent à l’appel. Les réfugiés et les prisonniers politiques basques sont loin du pays. Ainsi les réfugiés du sud – exilés forcés – sont traqués sur tout le territoire français et au-delà. Quant aux prisonniers politiques basques, en plus de la détention, ils doivent supporter la dispersion et l’éloignement, ces armes honteuses que le pouvoir central utilise pour tenter de briser la résistance et la solidarité basques. Les femmes et les hommes qui luttent pour que Euskal Herria, notre pays, trouve le point d’équilibre permettant à chacun de vivre dignement sur le sol qui l’a vu naître ou sur lequel il a choisi de vivre, le paient au prix fort de privations multiples. Parce qu’elles mettent en relief l’absence des êtres chers, les périodes festives amplifient la douleur des familles de ces victimes de la répression des Etats français et espagnol. Leur douleur est nôtre, ne l’oublions pas, y compris lorsque nous participons à ces fêtes – mirages d’une société heureuse. Puisque les barrières y tombent momentanément pour favoriser les rencontres et tisser les liens, nous devons mettre à profit cette ouverture pour expliquer que, le cliché folklorique du peuple qui chante et qui danse, masque le désir d’une communauté de destin d’exister dans le monde globalisé qui menace ses fon- dements, notamment sa culture et sa langue, l’euskara. Une culture et une langue qui, en s’incarnant dans différentes formes d’expres- sion artistique, constituent le sel de la fête et dont les estivants de passage reconnaissent la beauté et la richesse. Cette période estivale durant laquelle notre identité est utilisée à des fins festives – que d’aucuns qualifient de mercantiles -, représente une occasion à ne pas manquer pour rappeler à tout un chacun l’exigence ma- jeure d’un nombre croissant d’habitants d’Iparralde, à savoir que la culture basque et l’euskara soient traités avec les mêmes égards – et donc les mêmes moyens – que ceux que l’on accorde à ceux qui bénéficient déjà d’une reconnaissance officielle. Ainsi donc, que la fête soit, dans l’affirmation de notre projet et de nos exigences, dans le respect mutuel de toutes et tous, et dans la pensée de celles et ceux qui ne seront pas là.

EKAITZA

Laissez un commentaire


Warning: Undefined variable $user_ID in /homepages/37/d359806375/htdocs/wp-content/themes/autonomia/comments.php on line 72