PRESIDENT MILESKER? ETA IKUS ARTE !

Président, la démocratie m’autorise à vous interpeller directement…

C’est au sujet de votre intervention à la gendarmerie de Pau, le 22 janvier dernier…

Vous avez dit : « Considérer que les personnes qui ne sont pas basques sont de catégorie inférieure et n’ont pas le droit de vivre au Pays basque, c’est du racisme… » entre autres affirmations…

Je suis entièrement d’accord avec vous… sauf vot’ respect, vous paraissez complètement à coté de de la plaque, et comme diraient les potes dans les banlieues des grandes villes : « plus à coté de la plaque… tu meurs ! ». Bien sûr, ce n’est qu’une expression très populaire française, pas une menace… hé ! hé !

Président, je vous suggère de prendre du temps pour étudier un petit peu la culture basque… ça vous évitera de déraper dans la gadouille, et de passer pour un ignare aux yeux des peuples béarnais et basque ! Mais surtout, vous découvrirez que dans cette culture spécifique reconnue scientifiquement comme d’origine multimillénaire… tous les Basques sont nobles…

Président, on ne naît pas Basque, on le devient !

Et si, aujourd’hui, la culture basque perdure au delà de toutes les tentatives pour la soumettre, c’est bien parce qu’elle a su accueillir dans son identité tous les ingrédients étrangers qui se sont unis à elle…

Moi même… j’ai aussi du sang catalan, suisse, italien… native de Côte d’Ivoire, j’ai vécu au Gabon… Mes fils sont enrichis pour l’un de sang breton et l’autre kabyle… Mon coeur est multiracional.  Je me sens à 100 % Basque, fière d’être abertzale, amoureuse de la terre et des valeurs ancestrales qui accueillent ma vie !

Je ne suis pas un cas unique, au Pays basque nord. On commence à être même une flopée… avec pleins de bébés dans les ventres des jeunes femmes, sans compter tous ceux qui sont program- més… Alors, pour ce qui est de « la mouvance basque », si vos gendarmes comptent appliquer un programme d’extermination contre elle… il va falloir les formater pour tuer tous les bébés, comme au temps de Moïse !

Mais c’est pas tout. Un jour, une cliente béarnaise m’a confié ceci : « Un Basque c’est un Béarnais qui a fait des études ».  Je vous laisse méditer cette formule, sachant que pour un président d’origine noble et hongroise… il ne doit pas être évident de saisir toutes les nuances culturelles des paysans basques et béarnais de la montagne pyrénéenne…

Par ailleurs, il me semble vous avoir entendu dire que « les catholiques font partie de la civilisation supérieure…« . Vous pronon- cez souvent ces termes, Président, ça dénote de la récurrence : « racaille… catégorie inférieure… civilisation supérieure…« .  Est-ce parce que vous auriez souffert d’un manque de traitement égalitaire dans votre petite enfance ?

Et dans ce cas, il faut vous faire soigner, sans aucune honte… et, de toute urgence, cesser d’inverser les rôles… Président, ça fait pas sérieux… Je vous rappelle qu’en tant que Chef de l’Etat français vous représentez aussi la culture française… et tout le monde sait, qu’au Pays basque nord, la culture française est dominante… dominante parce qu’il existe au Pays basque une authentique culture autochtone, véhiculée par un système linguistique vivant, de 40 000 ans d’âge… et reconnu scientifiquement.

Président, 40 000 ans c’est pas rien ! Cette langue s’appelle Euskara… sa terre, Euskal Herria… les habitants qui la possèdent naturellement : Euskaldunak…  Elle vous en pas parlé Michèle ?… Il semble que vous ne soyez pas si bien conseillé que ça !… Mais ça ne m’étonne pas… tout Saint Jean de Luz sait qu’elle ne supporte pas l’Euskara… ici on appelle ce cas de figure : une Basque anti-Basque ! Pourtant, même les dignitaires de l’ONU savent que la langue des Basques est maltraitée, agonisante grâce aux bons soins de la volonté politique française dominante…

N’ayant pas ratifié, de surcroît, la Chartre européenne des langues minoritaires, la France fait figure de hors la loi… Et c’est vous qui parlez de mafia !?

J’ai tellement de choses à vous dire… mais il faut bien conclure… alors je terminerai sur le chapitre du terrorisme, parce qu’en cette période électorale, ce terme est très à la mode…

Je ne dirai qu’un mot Président : torture

C’est comme la misère… ça frappe à la porte… mais vous ne l’entendez pas, à cause des salaires mirobolants que vous vous octroyez… torture : ça vous parle ? Non ? Alors,  je vais vous aider…

La torture ça existe vraiment… et j’ai la certitude inébranlable, Président, que si on vous torture… comme l’ont fait les militaires français en Algérie, les Américains à Guantanamo, la garde civile en Espagne… je sais qu’au premier coup de gourdin sur vos honorables testicules… ou celles de n’importe quel citoyen au monde… sur mon clitoris ou celui de n’importe quelle femme… alors Président, la zone d’intégration commune de votre cerveau gauche deviendra ingéra- ble… et comme n’importe quel homo sapiens dans un réflexe de survie, nous avouerons ensemble… ou séparément… avoir tué père, mère, mari , femme, enfants, le chien du voisin, le pape, vous, moi, et le gendarme du village… Sous la torture nous avoue- rons tout, et nous signerons et contresignerons que nous sommes tous des assassins, des mafieux, des dangereux terroristes racistes…

Voila, j’ai terminé… vous pouvez me livrer aux griffes de Michèle et Rachida, j’irai rejoindre mes petits frères Mizel, Pantxoa, Cédric, Xabier qu’elles ont enfermés sans preuves depuis septembre 2OO7… et qui sont des prisonniers politiques basques… qui n’approuvons pas votre philosophie dominatrice et que nous le disons en basque !

Recevez, Président, mes dignes et respectueuses salutations.

Une Abertzale

2 commentaires pour “PRESIDENT MILESKER? ETA IKUS ARTE !”

  1. Jean Michel Colson – Angeluzain Lehendakari
    Complètement d’accord – savez-vous que d’autre part un béarnais, c’est un landais qui a réussi ? je dis ça parce que je suis angloy, et que les gascons anti-basques, nous les subissons de plein fouet… cela dit, ils ne sont pas tous comme ça et je connais des gasconnes d’Anglet qui ont leur gamin en bilingue… cela vous donne raison : on ne naît pas basque, on le devient… laissons au FN la loi du sang, et mieux que la loi du sol, gardons la loi de l’amour !

  2. Criant de vérité… et sans haine, jamais (c’est noté).

    On ne nait pas basque, on le devient.
    Par la curiosité, l’intérêt, puis rapidement l’attachement aux particularismes qui sont ancrés en euskal herria, le basque est certes l’enfant né sur les terres d’euskal herria et qui a grandi, imprégné des valeurs, de la langue, et de la culture qui y font jour, mais le basque est, tout autant et surtout, quiquonque se reconnait dans l’identité de ce peuple et s’inscrit dans une démarche d’identification et d’apprentissage de la langue.
    Inscrite sur une terre d’émigration et d’immigration, l’identité basque n’est pas dans le sang mais dans le coeur…

    Parce que, comme nous l’avons fait hier et comme nous contiuerons de le faire demain, nous défondons notre identité et voulons la préserver, nous sommes facilement considérés comme ethnocentristes et taxés de xénophobisme. Ce sont là pourtant des adjectifs étrangers à notre engagement.
    Au contraire, notre combat s’inscrit dans une démarche qui nous unit et nous solidarise des peuples qui, en France, en Europe et dans le Monde, ne réclament que leur reconnaissance pour pouvoir enfin vivre en harmonie les uns avec les autres…
    Au contraire, notre démarche s’inscrit dans une volonté d’information et de partage, car à travers notre combat, c’est le combat pour la démocratie et la liberté que nous voulons servir..

    Il ne s’agit pas là d’un nationalisme hargneux mais d’une volonté d’internationalisme. Il ne s’agit pas là de nous considérer comme une « civilisation supérieure », mais pas non plus comme une « civilisation inférieure » voire pire inexistante.

    40000 ans. Comment est-il possible de continuer à nier cette réalité historique? Comment est-il possible de continuer à taxer de terrorisme une résistance légitime, majoritairement pacifique et démocratique?

    Avec les arrestations arbitraires, les pressions policières sur les partis abertzale, la pratique de la torture, la répression, qui du peuple basque ou de l’Etat français est le plus violent??

    Nous ne réclamons que reconnaissance, reconnaissance du peuple, de la langue, démocratie et justice!!!!

    Ecrit par : | 14.10.2008

Laissez un commentaire


Warning: Undefined variable $user_ID in /homepages/37/d359806375/htdocs/wp-content/themes/autonomia/comments.php on line 72