TOUS DES CH’TIS SAUF …

L’éditorial de Christophe Barbier dans le numéro de l’Express du 6 mars 2008 intitulé « Tous des Ch’tis », a particulièrement attiré mon attention. Le film de Dany Boon décrit de manière formidable et de façon fort émouvante la légendaire convivialité des gens du Nord. Mais ce qui m’a interpellé dans le texte de Christophe Barbier, ce n’est pas la critique positive et méritée faite à ce film, sinon l’ani- mosité viscérale de l’éditorialiste envers ceux qui ont l’audace de se revendiquer autre chose que d’être français.
Les minorités, leur histoire surtout, en France n’ont aucun droit d’ existence. Pas de place pour d’autres peuples, d’autres ethnies, d’autres langues que le Français au sein de la République.

Néanmoins, et au risque de froisser la fibre nationale de Christophe Barbier, celle « qui fait vibrer au fond de l’âme française une corde bien particulière » (on dirait presque du Maurras !), il existe des peuples qui vivent toujours à l’intérieur de l’Hexagone, et qui oc- cupent leur territoire respectif bien avant que la France ne devienne ce qu’elle est. Parler d’autonomie, d’autodétermination (ce ne sont pas des gros mots !) ne devrait pas poser de problèmes majeurs si l’on voulait bien se donner la peine d’en débattre de manière idoine dans les éminentes enceintes de l’Union européenne et de chaque Etat, membres de cette dernière. Les droits de l’Homme, le droit des Peuples à disposer de leur destin, ne doivent pas seulement être de magnifiques idées que l’on décidera peut-être de mettre un jour en pratique. Il est certainement nécessaire aujourd’hui où l’on parle de réforme de la Constitution, de laisser libre cours à ces grands projets de liberté.
Tous les autonomistes ou indépendantistes ne sont pas forcément obtus, pingres ou agressifs comme l’article le laisse entendre. Mon- sieur Barbier parle d’égoïsme et d’allophobie, mais le rejet de l’au- tre, le communautarisme n’est-il pas le fait principalement et depuis des siècles, du centralisme exacerbé, de l’ultra libéralisme conservateur, du jacobinisme le plus réactionnaire, exercés par les différents gouvernements de l’Etat français ? Dans les colonnes d’un numéro précédant de l’Express, un universitaire originaire de Jersey s’étonnait, avec plusieurs de ses collègues intellectuels, du fait que la France ne respecte pas, comme le font tous les Etats l’environ- nant, ses minorités historiques.
Il disait notamment que les droits légitimes reconnus à ces minori- tés, pouvaient être garants de sécurité avec l’arrêt des violences, et de bien d’autres facteurs de progrès dignes de la démocratie dont la France se targue d’être l’égérie.
Peut-on taxer ces messieurs d’égoïsme voire d’allophobie ?

« Au pays de Germinal, c’est messidor plus souvent qu’ailleurs » est-il dit dans l’article en parlant du Nord comme du pays au « sens inné du vivre ensemble » et de l’hospitalité. Et il faut vraiment que les Ch’tis aient dans le coeur le soleil qu’ils n’ont pas dehors, car cela n’a pas toujours été messidor pour eux, nivôse l’ayant plus souvent remplacé au cours de l’histoire, et il n’y a pas si longtemps avec la fermeture des mines de charbon ou des usines de textile.
Le Nordiste n’est pas revendicatif. C’est le gentil à qui l’on tape affectueusement sur l’épaule, et la France ne s’en prive pas. Tant qu’il ne fait pas de vagues, et que « l’arche de Noé humaine » puisse suivre sa route…

Cet éditorial franchouillard de Christophe Barbier trouve son apogée quelques pages plus loin, avec l’entretien accordé à Jose Maria Aznar que nos amis ibériques appellent « el nieto de Franco » (le petit-fils de Franco), tant ce personnage avait outrageusement malmené la démocratie lorsqu’il était Président du gouvernement espagnol…

Filipe ARRUTI

Un commentaire pour “TOUS DES CH’TIS SAUF …”

  1. Cristophe Barbier n’en est pas a ses premiers exploits, notamment avec un autre des ses editorials (les videos sont en ligne sur le site de l’express) sur Yvan Colonna et la Corse, où contrairement a cet edito où il semble louer l’hospitalité des Ch’tis, il parle avec une violence inouie, de la » fascination des arme des Corses », de leur « archaismes », et de leur manque de « sens citoyen » (en gros pas assez de délation et de collaboration policiere de la part des Corses) et il le martele bien a la fin « il nya a pas de peuple corse, pas de nation corse ».. L’exemple type du jacobin ultanationaliste (nos amis de votre site partenaire le Forum des Peuples en Lutte lavait surnommé a juste titre klauss barbier..)
    Par contre quand il s’agt de faire vendre, il navait pas hesité a faire un autre numéro de l’express sur la Corse où il était question justement de peuple corse…
    je me rappelle aussi dun autre numéro « comment sauver la langue basque »..

    Libertà pe Yvan Colonna. Corsica Indipendente!

    Adio

Laissez un commentaire


Warning: Undefined variable $user_ID in /homepages/37/d359806375/htdocs/wp-content/themes/autonomia/comments.php on line 72