LA BELGIQUE FEDERALE N’EN FINIT PAS DE MOURIR

Le système fédéral, pour aussi séduisant qu’il puisse apparaître pour des pays, des peuples ou des populations soumis à la tutelle des État-nations, n’est pas la panacée que ses thuriféraires voudraient qu’il soit. Le fédéralisme ne peut marcher que dans la configuration du libre consentement à vivre ensemble, dans son organisation concertée et dans l’équilibre des pouvoirs entre le niveau fédéré et le niveau fédéral.

De la sorte, le fédéralisme ne peut pas être le ciment d’une construction artificielle comme l’est la Belgique qui fut pensée et créée en 1830 par scission des provinces sud du Royaume des Pays-Bas. Pays-Bas qui, eux-mêmes, furent conçus au Congrès de Vienne (1815) par les puissances impéralistes européennes de l’époque (l’Autriche-Hongrie, la France, la Grande Bretagne, la Prusse, la Russie, essenciellement), comme une État-tampon, une sorte de territoire neutre séparant leurs zones hégémoniques respectives. (suite…)

LA DECOLONISATION A L’ONU: UN EXAMEN DE CONSCIENCE BILATERAL

Communiqué du Sénateur Richard TUHEIAVA, copié du site du Tāvini Huira’atira, partis d’Oscar Temaru, 25 mai2010

L’irruption prétendument inopinée d’élus indépendantistes polynésiens aux portes d’un Séminaire Régional de l’O.N. sur la Décolonisation tenu en mai 2010 en Nouvelle-Calédonie a, comme prévu fait couler beaucoup d’encre.

Que n’a-t’on pas pu lire ou entendre comme inepties ou faux-raisonnements sur la décolonisation de la Polynésie française : (suite…)

SERVICE DE PRESSE DE L’ONU SUR LA REUNION EN KANAKY

14-05-2010: LE COMITÉ SPÉCIAL DE LA DÉCOLONISATION TIENDRA SON SÉMINAIRE POUR LA RÉGION PACIFIQUE À NOUMÉA, EN NOUVELLE-CALÉDONIE, DU 18 AU 20 MAI 2010

25-02-2010:DÉCOLONISATION: LE COMITÉ SPÉCIAL DES VINGT-QUATRE ORGANISE LES TRAVAUX DE SA SESSION 2010 ET   RECOMMANDE À L’ASSEMBLÉE D’AJOUTER UN MEMBRE À SA  COMPOSITION

06-10-2009:   L A QUATRIÈME COMMISSION EXAMINE LES CAS DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE, DES ÎLES VIERGES AMÉRICAINES ET DU SAHARA OCCIDENTAL

16-06-2009:  LE COMITÉ SPÉCIAL DES VINGT-QUATRE, CHARGÉ DE LA DÉCOLONISATION, EXAMINE LES SITUATIONS DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE ET DU SAHARA OCCIDENTAL

COMMUNIQUE DU TAVINI, SUITE AUX INCIDENTS DE KANAKY, DURANT LE « SEMINAIRE REGIONAL POUR LE PACIFIQUE SUR LA DECOLONISATION »

En Kanaky durant un séminaire sur la décolonisation organisé par l’ONU les représentant du Sénat Coutumier et le Conseil National du Peuple Autochtone, n’ont pas  été convié à la réunion, Oscar Temaru de même , ils ont été expulsés manu militari par la police, malgré cela il y a pu avoir des échanges au cours d’un diner organisé par le Sénat Coutumier avec les représentants de l’ONU

Papeete, le jeudi 20 mai 2010
Le premier pas d’une longue démarche démocratique
Le déplacement du président du Tavini Huiraatira ayant fait l’objet d’une médiatisation en Nouvelle-Calédonie et dans notre pays, il importe de remettre les faits dans leur contexte.
Lorsque le haut commissaire de la République affirme que l’indépendance ne peut être le fait d’un seul homme, il a entièrement raison. Sauf qu’il se trompe de sujet. Le déplacement de M.Oscar Temaru à Nouméa a pour objet la décolonisation de notre pays. Ce processus s’impose à la France qui a signé la résolution 15-14 des Nations Unies sur la restitution de tous leurs droits aux pays sous tutelle. Il s’agit d’un processus bilatéral, impliquant le colonisateur et le colonisé. C’est une démarche soutenue depuis sa création par le Tavini Huiraatira et c’est ce qui l’a conduit à mandater le président Temaru à rencontrer le comité des 24 à Nouméa.
Les propos tenus par le haut commissaire ne devraient concerner que les pays que nous qualifions de pays en voie d ‘indépendance et qui s’exonèrent de la voie onusienne tels l’Algérie, le Ghana, la Gambie ou la Sierra Leone. Pour ces pays, l’issue est étroitement liée au rapport de force mis en oeuvre par leurs protagonistes pour parvenir à leur fin, par la voie référendaire ou militaire. (suite…)

Se connecter