TEMOIGNAGE

Il y a dix ans, le 21 juin 1997, pour le 10ème anniversaire des tragiques disparitions de Maddi Héguy et Kristof Istèque, un vibrant hommage était déjà organisé à Baigorri. Nous reproduisons ci- dessous la traduction française du témoignage lu en basque par Olerki, camarade de luttes des disparus et plus particulièrement ami musicien de Kristof.

Durant notre existence nous ne cessons de rechercher une signi- fication à notre être car rien ni personne en ce bas-monde ne peut nous l’expliquer, si ce n’est nous-même.

D’ailleurs nous est-il nécessaire d’être présent ici-même dix ans après ? Pourquoi sommes-nous donc venus ?

-Sommes-nous venus pour comprendre pourquoi ont-ils disparu ?

-Sommes-nous venus pour savoir comment ont-ils disparu ?

Nous nous sommes déplacés jusqu’ici pour regarder ici et maintenant l’avenir incertain depuis notre passé, pour ne pas oublier mais aussi pour renforcer le fondement de notre existence tout en nous apaisant afin qu’il continu de vivre chaque jour.

C’est pour cela que nous sommes ici. C’est pour cela qu’ils ont disparu.

C’est ce que je pense.

Bien souvent nous oublions que nous sommes des âmes en peine, car pour vivre debout cela réclame le plus profond des désirs.

S’il n’y avait pas de mort, qui pourrait aimer ?

Et sans amour, qui peut vivre ?

Et privé d’amour par-delà  la mort, qui ?

Josean Artze


Voilà ce que se demande un poète alors qu’un autre lui répond :

Je crois que la métamorphose des êtres est infinie

Qu’un profond renouvellement nous restitue

Et qu’un mouvement nous entraîne perpétuellement d’existence en existence.

Xabier Lete

Retenons que ce que la chenille nomme la fin du monde, nous pouvons l’appeler papillon.

Parce que nous buvons à la vieille source

Nous buvons la nouvelle eau,

L’eau toujours renouvelée

De l’éternelle antique source.

Josean Artze

La force des symboles est plus puissante que celle du raisonnement. Nous nous rassemblons à Baigorri le premier jour de l’été. Le monde est gorgé de musique. Cependant, pour en capter les mélodies, les instruments de musique sont incontournables.

Musique, chants, peinture et bien d’autres encore, l’art n’est-il pas au travers du temps qui passe, par delà les mots, l’un des symboles de la vie ? Cet art qui nous fait supporter l’insupportable.

Qui donc en son être profond n’a déjà ne serait-ce qu’un instant au moins, ressenti la beauté et l’ineffable mystère de la vie grâce à l’art ?

Lorsque nous aurons tout oublié, ce qui restera sera le plus précieux de notre relation.

Pas de salut, pas d’adieu,

Tant que brille le soleil, TTittof, joues toujours avec nous !

Baigorri le 21 juin 1997

UN AVENIR A CONSTRUIRE ENSEMBLE

Jean-Jacques Lasserre, Président du Conseil général des Pyrénées- Atlantiques a annoncé qu’il soumettrait aux présidents de groupes du Conseil général la question de la suite à donner à la demande de référendum pour la création d’un département Pays Basque.

Assistons-nous à une énième manoeuvre d’élus qui, voyant poindre dans leur calendrier électoral les prochaines cantonales, tentent de se mettre en phase avec une demande récurrente d’une partie de leur électorat ? Cette annonce ne peut manquer de nous laisser perplexe.

En effet, comment ne pas être troublé par ces gesticulations lorsqu’on voit à quel degré la majeure partie des élus sont soumis à des logiques partidistes, logiques parisiennes. Mais également soumis à la volonté desdits « grands élus » avec Michèle Alliot-Marie à leur tête, (ré)élue députée de la 6ème circonscription qui a été confirmée dans le gouvernement Fillon II au poste de ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales. Michèle Alliot-Marie qui est si réfractaire à toute idée de référendum, ainsi qu’à toute démarche allant dans le sens de notre émancipation.

En attendant, les signes d’un mécontentement grandissant se font entendre. Une agence immobilière d’Hiriburu, a été la cible d’un attentat à l’explosif dans la nuit de samedi à dimanche qui a causé des dégâts matériels. Le 16 juin, c’est un engin incendiaire artisanal qui avait été déposé devant une agence immobilière d’Hazparne. Le 31 mai, un engin explosif dont le système de mise à feu n’avait pas fonctionné avait été découvert devant une autre agence immobilière, à Urruña, une ville où une résidence secondaire avait subi des dégâts matériels le 7 mai. Le 18 avril dernier, d’autres attentats à l’explosif se produisaient à Donibane-Lohizune et à Ziburu qui visaient des cibles immobilières. Les murs de nos villes et villages sont recouverts d’écrits hostiles aux promoteurs. Hostiles à ceux qui voient en Iparralde une zone de profit rapide et maximum. C’est un fait, nous ne sommes plus propriétaires de nos biens immobiliers et fonciers, notre terre nous échappe. Pire, nous n’avons même plus les moyens d’en être les locataires par le jeu infâme de la spéculation.

Ces réalités, aussi insupportables soient-elles, n’appellent de notre part qu’une seule attitude : non pas la résignation et le fatalisme, mais bien la mobilisation et la recherche permanente de nouveaux outils au service de la défense de nos intérêts politiques et sociaux. C’est sans nul doute dans cet esprit que s’est récemment constituée AUTONOMIA ERAIKI, structure militante composée de femmes et d’hommes, de tous âges et de toutes conditions, dont le but est d’imaginer, de promouvoir et de concourir à la mise en place d’un statut d’autonomie en Iparralde.

L’objectif est clair : se doter des moyens institutionnels permettant de garantir une vie digne pour toutes celles et tous ceux qui ont décidé de vivre et de travailler en Euskal Herri.

EKAITZA

MEMOIRE VIVE

Deux documents de travail fondamentaux pour toutes celles et tous ceux qui veulent s’atteler au défi du possible pour Iparralde (Pays basque nord), enfin en ligne sur le blog Autonomia. L’Avant-projet présenté par Iparretarrak au printemps 1993 et le projet publié par Eraikitzen un an plus tard. Nous invitons tous nos lecteurs à les consulter en cliquant sur les images ci-dessous.

fa1

une_eraikitzen1Ils seront désormais archivés sur ce blog, dans outils. C’est avec plaisir que nous mettrons en ligne dans ce même empla- cement, toute documentation concernant l’autonomie. Assez rapi- dement, nous publierons ici les divers statuts d’autonomie dans l’Etat français. Pour mémoire également, nous souhaiterions retrouver la trace de celui déposé pour le Pays basque par Marc Légasse au lendemain de la seconde guerre mondiale. Si vous possédez un tel document réputé introuvable, contactez-nous !